12 octobre 2019

Y a les navs sympas, et les autres

Celles dont on ne parle pas souvent.
Celles dont on ne gardera pas un souvenir impérissable... Quoique..
La donnée d'entrée principale du problème : avoir un rdv !!
On déteste les contraintes planning serrés. De manière générale, on se débrouille toujours pour avoir une bonne quinzaine de battement avant une date butée. Mais quelquefois, ça se goupille pas comme prévu.
Nous nous retrouvons donc à Bora avec une deadline à 4 jours pour être sûr Tahiti.
Une broutille 150 nm, cap vers le sud est.
Déjà à la base, ce tronçon retour n'est pas le plus aisé et est craint par beaucoup de navigateurs sur zone. Mais cerise sur le gâteau pour Ti'Amaraa, un vent de sud est bien établi et se renforçant est dessiné sur nos courbes de prévisions météo.
Pour le jouer clair, ça va être vent et houle dans le pif sur tout le chemin.
Bonne nouvelle !!! Pas de pluie annoncée.
Les 16 à 21 nœuds de sud est s' avèrent dès le départ de Bora être plus proche des 30 nœuds. La houle est bien de 2,50m. On va se marrer.
Heureusement nos yanmar assurent. Pas le choix ce sera une risée diesel.
Éreintés par la première phase, nous décidons de faire une halte pour une nuit dans le lagon de Raiatea/Taha'a. Grande première, nous inaugurons la navigation de nuit dans un lagon. On n'aime pas bien mais nous avons nos traces comme guide, un marquage à la française performant et surtout une furieuse envie de mettre sur pause quelques heures.
Dans un lagon agité d'un clapot désagréable, nous arrivons à nous faufiler vers le nord-est de Raiatea non loin de la passe de sortie du lendemain matin.
Il fait nuit . Le vent souffle à plus de 25 nœuds. Décision est prise. Nous allons nous amarrer pour quelques heures sur une des bouées des loueurs de charter... s'il en reste.
Aux étraves, le faisceau de notre spot furète pour trouver notre répis.
Yes !!! Elle est là. Proche du récif, mais elle nous attend. À cette heure ci, tous les bateaux de loc sont posés. Il y en même a 3 autres de disponible. Nous ne derangerons donc personne, d'autant plus que nous filerons aux aurores.
UV prise de bouée inconnue by night avec rafales à 30 nds ok
Le dîner est expédié. La nuit est réparatrice.
Comme prévu sur nos prévisions, à notre réveil le vent semble être un peu posé. La houle aussi. Yalla...
On se lance... Et rapidement on déchante.
Exit les 15 nds, ce sera 25/30 en plein dans le pif sur une mer hachée et dure.
Nous limitons les déplacements, les ravitos sont des picniks. Quant à nos tentatives de quart de repos, allez dormir dans un grand 8, vous verrez.
Ti'Amaraa gère. L'équipage aussi même si l'ambiance n'est pas à la franche rigolade.
On entend rouler dans les placards. Les embruns décorent pont et cockpit de sel. La douche va être bonne et pas que pour le matériel.
Au petit matin, la silhouette découpée de Moorea fait plaisir à voir... même si ce fichu sud-est s'est renforcé et ne nous fait pas de cadeau.
D'ailleurs ces heures moteur ont sérieusement entamé notre stock de gasoil. Notre vitesse moyenne a été inférieure à nos navigations habituelles... Ceci dit était ce une nav habituelle ?
On tente de pousser jusqu'à la Marina de Taina à Tahiti ? Nous sommes vendredi. À plusieurs reprises, nous avons été confrontés à l'impossibilité de se ravitailler en gasoil hors taxe week-end et jours fériés. Pourquoi ??? Bref...
Au sûr, la charmante équipe de Mobil à Moorea est toujours prête à nous délivrer notre précieux.
Puisque nous n'en sommes pas à un détour près, stop à Pao Pao pour refaire les pleins. Seul hic, leur mini quai en bois, nettement plus adapté aux pêcheurs et aux bateaux de promenades pour touristes.
Les taquets ont été livrés par Fisher Prise et l'espace de manœuvre est très serré.
Par chance, il n'y a personne. Mini certes, mais le quai n'est que pour nous
UV mise à quai avec rafales à 35 nds ok

Houle, près, bouée, manœuvres... Rien ne nous aura été épargné pour cette navigation retour des îles sous le vent.
C'est ça aussi la vie sur l'eau.
Il y a des jours comme ça, où l'on est contents d'arriver au mouillage, même au '' parking à bateaux'' sans charme qu' est celui de Taina.
Nous sommes à l'heure... Et même en avance pour le coup.
On repart se faire un tour ?? 🤣 🤣
Une bonne douche juste après un p'tit coup de Karcher... Matos et équipiers ont repris un aspect décent.
Une bonne nuit, et c'est reparti

28 septembre 2019

Destination Sourires

Destination Sourires

Des semaines que l'on n'avait pas pris la plume.
Non pas que l'on n'ait plus rien à raconter... Juste que les événements et plannings s'enchaînent et s'entrecroisent de façon à ne pas nous laisser le loisir de poser les mots derrière nos aventures et émotions.

Depuis des semaines, nous traversons un festival de couleurs, de sourires, de découvertes et de belles histoires partagées.
La Polynésie est une pépite dont on ne fera certainement jamais le tour.

Humainement tout d'abord, au gré des mois et des escales, nous tissons des liens à valeur de famille avec les amis à terre. Le privilège de notre vie nomade est justement d'avoir appris que aurevoir rime souvent avec retrouvailles. Nous goûtons à chaque fois le même plaisir de revenir à ''notre place'' dans telle ou telle baie, d'y retrouver nos marques de Petit Poucet semées et que la potion magique ''Amitié" a conservé précieusement en notre absence.

Les mouillages sont nombreux. Les îles dispersées. Mais la magie du hasard, ou des réseaux sociaux, nous permet aussi de recroiser les routes des bateaux copains. Pour un soir, pour quelques jours, peu importe. C'est aussi ça notre plaisir. Notre cocktail préféré : une tonne d'histoires à se raconter, un zeste de debrief ''pannes du bord'' arrosé d'éclats de rire sans édulcorants.

Quant au panorama, Ti'Amaraa nous emmène de bleus en bleus. Et lorsque nos rétines saturent, les îles offrent une palette de vert débordante de chlorophylle et de beauté. Des terres à explorer piquées de cocotiers à la chevelure jade dont le vent dans les palmes frémissantes compose l'écho d'un paradis dans lequel dansent depuis des générations des voiliers vagabonds.
À la lueur des aurores tropicales, devant l'horizon embrasé du bout du jour, sous un ciel pur constellé, ou à l'abri d'un zénith éblouissant, nous remplissons inlassablement notre coffre à ''petits bonheurs".

Le turquoise des lagons calmes des îles du vent et sous le vent nous a adopté depuis des mois en attendant de reprendre notre route vers l'azur des Tuamotus et l'emeraude bleuté des Marquises.
Chaque stop nous comble en découvertes, en nouveaux sourires, en nouveaux recoins où poser notre ancre ou tremper nos détendeurs (n'est ce pas Gérald 👌, on se la fait où la prochaine plong').
Moorea, Taha'a, Bora, Raiatea, Huahine...
Mythiques et Magiques.
À chaque fois, nous les quittons avec l'envie de revenir. Tiens, cette baie on ne l'a pas encore explorée. L'année prochaine...

Notre best of Automne-Hiver 2019 sera :
- les belles journées d'amitié à Tahiti et Moorea
- la découverte de Bora autrement
- le Vanilla tour de Noé au cœur de Taha'a
- l'incontournable dîner au Taha'a Maitai avec Bruno dans le rôle du magicien des saveurs
- l'exploration du lagon Sud de Huahine et ses coraux préservés

Nous n'en avons pas fini de dessiner des traces sur nos cartes marines. D'autant plus que nous prenons un réel plaisir à le faire partager à nos vacanciers moussaillons et à vivre avec eux les instants magiques offerts par Neptune.
Nous n'oublierons pas les étoiles dans vos yeux, Laurane et Ludo, à la rencontre des baleines, requins dauphins, tortues et espadon. Rien que ça !! Ah si, on oubliait Môsieur Diodon.
Quant à RaieRaie, Audrey et Yohann, il paraît qu'elle vous cherche toujours et qu'elle se baladerait avec un ananas cocktail 🍍😉.
Maeva, Christophe... On vous emmène où la prochaine fois ?
Eliane, ta maison préférée est toujours là. Il paraît même qu'ils y ont tourné le film Gauguin. Madame a l'œil.
TT, à quand le prochain Moorea road trip?
Emie, dispo pour une autre '' girly nav''? 👭
Seb, t'en es où du rodage des palmes ? 🐠
Isa et Philippe, donc la prochaine fois, on se retrouve sur quelle île ?

Tous ont, à présent, un bout de Polynésie niché au fond du cœur.
Pour certains même, le mana de Ti'Amaraa s'est transformé... Après les biscuits caramel beurre salé (merci encore les jeunes), une petite boule de poil parisienne vient d'être baptisée Liberté en tahitien. Caro, Tiki et Ti'Amaraa Minou vont veiller sur vous à présent.

Vous, qui préparez vos valises... Dépêchez vous, on vous attend ⛵ ☀️ 🏝️
Et sinon vous ?
Oui, vous...Vous venez quand ?

On vous promet un programme connexion à la Nature illimitée avec forfait gentillesse, sourires et bonnes vibes partout autour de nous.
Attention tout de même à la Polynésie Addiction 🇵🇫, une joie communicative et spontanée.
On vous aura prévenus.

Mieux que des mots, quelques photos de ces instants gravés dans nos 💙... Bientôt...

25 juillet 2019

Mariage polynésien



Mariage de Maeva et Christophe, nos amis de Moorea

La vidéo est  


https://vimeo.com/350025790



14 juillet 2019

Tahiti dans tous ses états

Un an déjà que nous sommes en Polynésie et deuxième session sur Tahiti et Papeete.
Certains diront ''ça y est ils bougent plus". Détrompez vous !!
Alors certes, Ti'Amaraa n'a pas avalé beaucoup de miles ces dernières semaines. Le compteur affiche encore plus de 20 mois d'exploration. Nous avons décidé de profiter un peu de notre luxe celui d'avoir le temps.

Ni touristes, ni expat, ni résidents, nous nous sommes immergés dans une vie urbaine hybride tahitienne.
Après les îles outre temps marquisiennes, les atolls perdus des Tuamotus, place à la ville et son tumulte.

Nous adorons cet arc en ciel culturel qu'offre la Polynésie à ceux qui viennent chercher un peu plus que la '' Perle du Pacifique ''.

Des ariégeois en cours de transformation polynésienne, des marquisiens déracinés attendant le retour au pays, des Biquets flottants, des toulousains expat depuis si longtemps que notre reste d'accent les enchante, des navigateurs établis à terre rêvant toujours d'embruns, des backpackers devenus heureux propriétaires d'un resto hors du commun...
Un kaléidoscope de rdv et de rencontres dessinés par la vie et le hasard. D'ailleurs, c'est quoi le hasard ?
C'est ce qui nous à permis de nous retrouver, tour à tour :

- à reprendre le cours d'une amitié laissée ici même, un soir d'embarquement, le cou habillé de coquillages, dix ans plus tôt.

- à danser à 600m d'altitude en soirée DJ mix electro avec la jeunesse locale jusqu'au bout de la nuit tout en dégustant une fondue savoyarde (si si ça l'fait super bien)

- à l'hôpital pour aider les parents d'une petite marquisienne hospitalisée en évacuation sanitaire

- à accueillir les copains de la promo Panama 2019 ou les nouveaux arrivants par les airs

- à regouter aux plaisirs du 2 roues

- à inscrire dans un foyer catholique une étudiante des îles

- à découvrir le tissu associatif et pour le coup tutoyer à nouveau nos anciens plaisirs aériens

- à arpenter Papeete pour trouver pour les copains des archipels un kit chaîne moto ou des pièces pour bétonnière aux établissements Dieumegarde (ça ne s'invente pas !)

- au cinéma pour manger des pop corn... parce que pour le film... Joker 😄👎

- au théâtre à attendre sous la pluie le spectacle de la traditionnelle fête du Heiva y Tahiti (et oui c'est pas toujours facile notre vie)

- en pleine nature à crapahuter dans les vallées sauvages et préservées

- à partager notre vie sur l'eau avec des terriens de tous horizons et à préparer les prochains rdv

- à étudier l'imbroglio des législations locales en terme de mouillages à en devenir membre de l'Association des Voiliers de Polynésie

- à passer de longues minutes de contemplation du temps, du paysage et du Dieu Nature à l'arrière de nos jupes.

Nous sommes un tout.
Tortues et dauphins l'ont bien compris lorsqu'ils viennent faire leur tour de lagon au petit matin contredisant les bienpensant galonnés qui jugent les bateaux de voyage néfastes à l'écosystème des lagons.

Nous nous surprenons quelquefois nous même du tour que prend notre vie.
On nous avait prédit une vie sociale désertique et de longues longues journées d'errance. Nous vivons un feu d'artifice relationnel quotidien à 200 km/h sans radars, ni contrôles pollution mais équipés de nos permis Liberté. La vie a parfois de bien curieuses malices.

Chemin faisant, notre bonheur n'est plus relié au « donné immédiat » de la vie quotidienne matérialiste.
Nous le poursuivons à travers l'exercice de notre liberté.
Il dépend davantage de nous-mêmes, de cette volonté d'autonomie qui nous rend disponibles aux autres, de l'alchimie des émotions dont les relations humaines via l'amitié sont sans doute les plus importantes.

Rdv à Moorea pour de nouvelles surprises 😉

12 juin 2019

Mais où étions nous passés ?

Les dernières lignes du post précédant annonçaient un départ pour l'atoll de Rangiroa. Aujourd'hui, c'est des rives d'un lac naturel bordé de verdure que nous vous écrivons.


Non, nous n'avons pas établi nos quartiers d'été dans un chalet de montagne.
Oui, nous allons bien et sommes toujours en Polynésie à bord de Ti'Amaraa.
Pardon, pour ces semaines de silence sur le blog.
Mais alors ?? Qu'avez vous fait ??
De la plongée à Rangiroa avec requins et dauphins,
Des retrouvailles avec des copains de bateaux,
Des navigations à la cool,
De nouvelles rencontres terrestres,
Des nouvelles créations en perles de Tahiti,
Et on en passe...

Les premières enveloppes sont en chemin
Boucles d'oreilles, pendentifs... À qui le tour ? 

Bref, un heureux cocktail multi activités et multi îles jusqu'à nous retrouver aujourd'hui à Tahiti à arpenter la face verte du célèbre caillou.
Nous avons tout d'abord profiter de cette escale à Papeete pour remettre à jour notre to do list et to buy list. Ti'Amaraa a, une fois de plus, été gâté. Nous avons décidé de l'équiper d'un 4ème panneau solaire et de changer en préventif notre parc batterie (âgé de 5 ans). Associé à une foultitude de menus travaux et nettoyages bien mérités après plus de 6 mois de cabotage, les jours sont devenus des minutes et les semaines des heures.


La caisse à outils à peine rangée, nous avons ensuite embrayé sur le 49ème salon des arts marquisiens.


Deux fois par an à Papeete est organisé 2 semaines d'exposition des œuvres des artistes des 6 îles des Marquises.
Comment ne pas venir aider ces familles qui nous ont reçu avec une telle générosité, une telle humilité et de tels sourires !!
Nous avons donc enfilé nos vieux costumes de commerciaux. Le dress code tongs et vêtements fleuris ainsi que l'ambiance ukulélé ont définitivement chassés nos souvenirs grisâtres d'exposants au salon du Bourget.

Place à la présentation de leurs pièces uniques. Bois, os, rostre d'espadon, coco. Toutes les matières savamment associées et sculptées pour un rendu artistique de très haut niveau.






Le village d'Hapatoni est réputé pour son savoir faire. Les visiteurs, les professionnels des galeries d'art et autres magasins de souvenirs ne s'y trompent pas. Nous sommes heureux de les relayer tout au long de ces journées. Contents de mettre nos connaissances commerciales au service de belles personnes qui vivent de leur artisanat ancestral et qui le perdurent de générations en générations.
Le plus jeune artiste représenté n'a que 17 ans !!

Dent de cachalot sculptée 


Alors lorsqu'un journaliste de radio Polynésie 1ère, intrigué par nos activités sur les stands de Tahuata, vient nous proposer une interview en live, nous acceptons de bon cœur. Nos amis sont des artistes formidables mais ne sont pas forcément à l'aise pour certains avec la communication en langue française et ses codes. C'est ainsi que nous avons été diffusés à une heure de grande écoute dans toute la Polynésie française. Décidément, ça mène vraiment à tout ce voyage.
Un petit lien vers une vidéo créée par le comité du tourisme de l'île de Tahuata :
Cliquez
ou
https://www.facebook.com/1734072333576211/posts/2288606564789449/



Et voilà comment les jours et les semaines se sont enchaînés ne nous laissant pas le temps, ni l'énergie d'ailleurs, d'écrire.
Le salon a fermé ses portes au grand plaisir de nos orteils.


La to do list de Ti'Amaraa est réinitialisée en mode page blanche.
Nous allons jouer, jusqu'à la fin du mois, les touristes sur Tahiti, que nous n'avions pas eu l'occasion d'explorer l'année dernière.
Avant de nouvelles navigations et aventures...
À bientôt






20 mai 2019

Retour sur images

Nous voilà de retour sur Papeete.


Après une escale plongée à Rangiroa, nous sommes arrêtés au stand '' à la ville '' pour l'entretien de notre valeureux Ti'Amaraa.
Le temps de changer un peu d'huile, des pièces d'usure et le reste.... dont on reparlera ultérieurement
En attendant, on vous partage un bout de ces 4 mois magiques que nous avons vécu aux Marquises.
Loin des circuits touristiques, loin des ondes internet, nous avons vécu une vie vraie avec des gens vrais, beaux et attachants.
Les Marquises, une autre Polynésie, une autre France.
Les Marquises en images
En cliquant  
Ou en copiant collant le lien https://vimeo.com/337199174

6 mai 2019

Carnet d'escale à Ahé




Dimanche matin 5h30, nous sommes arrivés la veille de 4 jours de navigation depuis les Marquises. Nous dormons du sommeil du juste itinérant qui n'a plus de quarts à faire lorsque des puissants coups de corne de brume nous font littéralement bondir du lit.
Un bateau ravitailleur, poétiquement appelé goélette en souvenir de celles qui faisaient le job dans les années 50/60, est en approche du village et le fait savoir. 
Nous savons que nous sommes mouillés suffisamment loin du quai pour ne pas gêner mais les paupières refusent de se refermer, certainement influencées par la curiosité de découvrir cette nouvelle escale. Debouuuut.
Nous dégustons nos tartines avec le déchargement des bidons de carburant pour spectacle. Glamour 😉


Pour sûr, vous ne vous attendiez pas à un tel démarrage pour vous conter Ahé, le fameux atoll où Bernard Moitessier a élu domicile dans les années 70.
Et pourtant, c'est ça aussi la vie dans un atoll polynésien.
C'est aussi la passe d'entrée et ses humeurs qu'il faut apprendre à domestiquer atoll par atoll. Parce que bien sûr, la règle ne s'applique pas forcément partout de la même manière. Nous en sommes à notre 7ème atoll des Tuamotus. Jamais nous n'aurons la prétention de dire que l'on a tout compris... Surtout lorsque justement il n'y a souvent rien à comprendre.

Anecdotes mises à part, si vous aimez le bleu et les lagons paisibles  c'est bien dans les Tuamotus qu'il faut venir regarder le temps passer au gré des nuances d'azur offertes par un environnement en perpétuelle colorisation.

Pourquoi Ahé ?
L'aura de Bernard Moitessier a titillé notre curiosité. Où est donc ce motu où il vécut en autonomie pendant 3 ans ?
Poro Poro, doux nom pour l'îlot refuge de cette famille.
Ti'Amaraa est mouillé pile en face 



« Un atoll, on aime jusqu’au fond des tripes, ou bien on n’aime pas»
C’est ainsi que Moitessier décrit sa vie à Ahe.

On comprend qu'il ait choisi cette endroit avec son regard de navigateur. En effet, le mouillage où nous sommes est un véritable trou de souris protégé par les motus et leurs coiffes de cocotiers. Nous ne sommes d'ailleurs pas là non plus par hasard. Un coup de vent de sud-est à 30/35 nds étant annoncé à notre arrivée, il nous fallait THE recoin tranquille.
C'est la bonne adresse.
Nous étalerons ce saut d'humeur d'Eole sans l'ombre d'un début d'un clapot. 

À terre, le village aux allures de cartes postales est coquet et d'une propreté irréprochable.


L'accueil des paumotus est souriant mais nettement moins curieux que dans les îles isolées des Marquises.
À Ahé, le tourisme drainé par l'aéroport, les fermes perlières, les voiliers attirés par le mythe Moitessier, font défiler du monde dans les ruelles baignées de soleil. Il est normal que les habitants ne se ruent pas sur chaque nouveau visage.
Se balader sur les traces du navigateur émérite est troublant bien qu'il ne reste plus grand chose de son passage.
Pour celui qui a lu ses œuvres, on reconnaîtra le hao (fausse passe) qu'il traversait à pieds pour rejoindre le village ou encore les aitos (arbre de fer) qu'il a fait venir par la goélette, pour planter une barrière anti-vent.
Disparue sa maison de bois et de tresse, le potager, l'installation de recyclage de ses déchets, les chats. Quarante années ont passé depuis son départ. La vie et l'expansion économique ont fait leurs œuvres.
Aujourd'hui, le motu est privé. Une grande maison en dur a été construite ainsi qu'une ferme perlière sans activité voire à l'abandon... No comment. 

N'allez pas croire que l'escale n'est pas agréable. Nous ne nous lasserons jamais de partager chaque jour une telle piscine préservée avec requins, coraux et autres poissons arc-en-ciel. 

Après les baies montagneuses et verdoyantes des Marquises, les atolls des Tuamotus sont vraiment l'archétype des lagons turquoises et belles plages de sable blanc. Tout le charme de la Polynésie française réside justement dans la variété des paysages, des arts de vivre et des activités locales. 

Côté pratique, on trouve au village deux supérettes, un coin poubelles et une mairie avec des employés charmants qui confient aux bateaux de passage le mot de passe du WiFi ''en cas de besoin''. 

Nous retiendrons aussi de cette semaine une ambiance conviviale et solidaire au mouillage. Nous ne nous connaissions pas. Il aura suffit de quelques jours, quelques rafales et un peu de pluie pour tisser des liens intercoques. 
Merci Tangara pour les savoureux chaussons aux bananes de Tahuata livrés à bord par une après midi grise. Comme dirait Manoa : Encore 😉
Merci Vahini pour votre expérience partagée. Plus de 20 ans sur l'eau !!! Respect

La météo perturbée et notre timing serré ne nous ont pas permis de découvrir les autres motus comme nous l'aurions voulu. 
Encore une destination à remettre dans notre liste des ''à refaire''.

À présent vent et houle sont apaisés, cap sur l'un des plus grand atoll des Tuamotus, Rangiroa. 


27 avril 2019

A pae

Quatre petites lettres qui en marquisien signifient aurevoir.
L'envie d'aller gagne toujours le combat face aux sentiments d'attachement. Cependant, ici à Tahuata, plus qu'ailleurs, la philosophie de Ti'Amaraa a pris encore plus de sens. Celui de l'échange, de l'accueil, de la générosité, de l'entraide et des sourires.

 À terre, à bord, nous avons dégusté chaque tranche du beau gâteau de vies partagées, conscients de la valeur intrinsèque des relations humaines sans artifices.

Les Marquises, de ces escales qui font que l'on ne cantonne pas la vision de notre voyage à des jeux de miroir avec l'extérieur. Au Fenua Enata, on vit en vrai avec des gens vrais.
Alors, lorsque l'heure de ''a pae" sonne, les cous recouverts de colliers de départ, les regards vont à terre pour éviter de peser ce qui pèse déjà.


En ce lundi de Pâques, le petit village qui se déploye autour de la baie en forme de cœur, un peu à la manière d'un amphithéâtre se réveille d'un week-end festif.
Deux journées spéciales et inoubliables aux côtés de nos amis.








Les strates de maisons colorées étincelent. Ti'Amaraa, les coques pleines de fruits, de cadeaux et de souvenirs, longe solennellement le front de mer.
Sur l'allée de la reine, des silhouettes se dessinent. Des bras s'agitent pour saluer notre départ. Les enfants crient nos noms et celui du bateau.
Le silence se fait sur le pont.
Nous n'avons plus les mots.
La corne de brume fend l'air comme pour leur crier encore une fois nos remerciements, notre gratitude et notre attachement à ce bout de terre et à ces habitants aux cœurs surdimensionnés.

Que la joie demeure dans ces foyers, celle porteuse de cette force qui augmente la puissance d'exister !!

Près du poste de barre, assis à côte à côte , nous tentons de nous enivrer des promesses de l'air du large, en nous abîmant tout entier dans la contemplation du plan d'eau qui scintille sous l'effet du soleil et de nos yeux humides.
Il est temps de reprendre le fil de notre boucle polynésienne, se retrouver en tête à tête avec le ciel, la mer et le vent.
Tour, boucle, huit, zig zag, Ti'Amaraa va continuer de tracer des arabesques sur la carte de ces archipels envoûtants.
Chères Marquises, chers amis de Tahuata, Nuku Hiva et Ua Pou, nous reviendrons avant même que cette année ne finisse.
A Pae,






4 avril 2019

5 ans!!!

''Nous sommes nos choix '' JP Sartre
Bon anniversaire 🎂 Ti'Amaraa !!! 5 ans 😍
🎈🎉🍰👍⛵🥂💖

2 avril 2019

Marquises Pratique ''Îles du sud''

Reprenons la série des articles sur '' Escales Pratique '' par le trio Tahuata, Hiva Oa, Fatu Hiva : 3 des 6 îles habitées de l'archipel des Marquises.

Par cet article, nous ne cherchons pas à faire un classement type TripAdvisor de ces 3 îles du sud, juste lister les services et facilités de chacune.

Accès :
Seule Hiva Oa possède un aéroport et reçoit par conséquent la visite de touristes via des vols réguliers d'Air Tahiti au départ de Papeete.
Cela génère une activité touristique avec hôtellerie, location de véhicules, snacks/resto, guides...
Tahuata et Fatu Hiva sont accessibles uniquement par la mer. Serait ce aussi ce qui fait leur charme ? Ceux sont les 2 seules îles des Marquises sans aéroport.
Quelques touristes aventureux tentent l'excursion à la journée sur Tahuata, la plus près. Les plus audacieux embarquent pour Fatu Hiva où une seule pension de famille existe.
Découvrir les Marquises par la mer est la meilleure option pour accéder au cœur de cette population et de cette culture

Artisanat :
Ne passez pas à côté des ateliers d'artisanat marquisiens.
Dans chaque île, chaque village, les marquisiens se feront un plaisir de vous montrer leurs œuvres, en particulier sur Tahuata (Hapatoni) et Fatu Hiva (Hanavave)
Sculptures sur bois, sur os, sur rostre d'espadon, sur cornes de chèvres ou de bœuf.
Bijoux en graines locales
Tapa (dessins sur écorce d'arbre traitée)
Soyez curieux

Formalités :
Si comme nous, vous avez déjà fait vos formalités d'entrée en Polynésie. Il n'est pas nécessaire de se déclarer. Finies les clearances pendant 3 ans 👌👌
Sinon en arrivant de Panama par exemple, c'est à la gendarmerie d'Hiva Oa à Atuona qu'il faut se présenter. C'est gratuit.

Argent :
Seule Hiva Oa dispose de distributeurs automatiques de billets.
Sur Tahuata et Fatu Hiva, le bureau de Poste OPT permet les retraits d'argent en francs pacifique dans la mesure où l'on a au préalable ouvert un compte chez eux.
Il n'y a pas de frais de change entre euros et Francs pacifique.
Si vous faites un virement en euros sur votre compte OPT, la somme est automatiquement converties en xpf.
Sur Fatu Hiva, oubliez les paiements par CB. En revanche, à l'épicerie de Vaitahu, Tahuata on peut économiser notre cash grâce à leur terminal de paiement. Aux Marquises, on n'est toutefois pas à l'abri d'une coupure des teletransmission. Ayez des francs sur vous.
À Hiva Oa, l'île principale du trio, aucun problème pour payer en cartes bancaires.

Carburant :
Une station Mobil propose super et gasoil (détaxe sur gasoil sur présentation des papiers ad-hoc) à Atuona, Hiva Oa. En revanche, ça se passe par bidonnage. Ne cherchez pas de quai.
Sur les autres îles, les locaux stockent leur carburant, livré en fûts de 200 Litres par les bateaux d'appro mensuels. Il y a peu de possibilité de s'en procurer auprès des villageois.

Gaz :
Comme pour le carburant, c'est à la station Mobil de Hiva Oa que ça se passe. Les bouteilles de '' Gaz de Tahiti '' y sont vendues avec reprise de la vide consignée.
En bon bateau de voyage, avec son équipement permettant le transfert dans les bouteilles du bord, on peut donc refaire son plein et récupérer les 3000 francs de consigne dans la foulée.
Dans les magasins des 2 autres îles, ou lors d'une escale du Taporo, il est aussi possible de trouver du gaz. Mais gare au stock disponible et aux pré-commandes des locaux. À l'heure où l'on écrit ses lignes, il y a par exemple une bonne dizaine de bouteilles de gaz au magasin de Tahuata... toutes réservées.
Soyez prévoyant.

Avitaillement :
Vous ne mourrez pas de faim aux Marquises.
La nature est généreuse en fruits mais attention les arbres fruitiers ne sont pas forcément sur le bord du chemin par l'opération du Saint Esprit. Il y a souvent un propriétaire derrière chaque parcelle. Même s'ils acceptent toujours que l'on '' ramasse'', s'il vous plaît demandez avant !!
Nous avons rencontré des marquisiens excédés par les navigateurs genre tiens il est beau ce régime de bananes... À moi 👎

Ensuite, sur chacune, on retrouve des supérettes dont le taux de remplissage est proportionnel à la taille de l'île et du delta temps depuis le dernier bateau avito.
Le Taporo et l'Aranui passent environ toutes les 3 semaines.
Tout le monde sait lorsqu'ils arrivent. C'est l'agitation sur les quais. Même en étant ''visiteurs'', on peut acheter en direct certains produits au Taporo ou réceptionner des commandes de matériel en provenance de Tahiti.
En discutant avec les uns et les autres, vous créerez votre réseau et pourrez avoir accès à leurs '' plans'': les œufs livrés tel jour, des tomates à vendre chez le voisin...
Les Marquises, c'est le pays de la débrouille. Éloignés, isolés, ils ont depuis toujours fonctionné en autonomie. C'est toujours le cas aujourd'hui.

Internet :
Le réseau téléphonique Vini est présent dans les vallées habitées de chaque île. Il offre une connexion Edge assez faible (débit inférieur à 50K/s). Oubliez la communication Skype à moins d'inventer un nouveau langage type Robocop.
Il permet en revanche l'envoi de mails sans pièce jointe ou de messages écrits tels que Messenger et WhatsApp.
Nous avons aussi toujours réussi à télécharger nos météos via l'application Weather 4D en définissant bien sûr un fichier '' serré'' (moins de 100 Ko)
À Hiva Oa, le débit est meilleur du fait de l'arrivée récente de la fibre et donc de la libération d'un peu de réseau 3G.
Sur Tahuata et Fatu Hiva, le réseau n'est présent qu'à proximité des villages.
Quant aux resto/café Wi-Fi, ça change assez vite donc difficile de donner des noms. Une fois de plus, ceux sont les locaux qui vous guideront.

Les navigations :
De Hiva Oa à Fatu Hiva : 45 nm
De Hiva Oa à Tahuata : 10 nm
De Fatu Hiva à Tahuata : 40 nm

Il est assez aisé de passer d'une île à l'autre dans le triangle sud des Marquises. Bien sûr, la prise de météo au préalable est importante en particulier pour connaître les informations relatives à la houle.
Le célèbre Canal du Bordelais entre Tahuata et Hiva Oa calera rapidement les estomacs des touristes non préparés à une croisière dans le Pacifique. 😉

Les mouillages :
Sur cette première saison, nous n'avons bien entendu pas traîné notre ancre dans tous les mouillages de chaque île.
Contrairement aux idées reçues distillées par Radio cocotier, on ne mouille pas systématiquement profond aux Marquises. Nous avons toujours été sur des zones d'une dizaine de mètres.
De notre expérience, nous préférons l'île de Tahuata et ses mouillages tranquilles près des villages ou dans les baies du nord ouest bordées de plages de sables blanc. (oui oui ça existe bien aux Marquises les belles plages de sable blanc).
Le mouillage principal de Hiva Oa est aussi agréable. Cependant, compte tenu du peu de place, il est nécessaire de mouiller sur 2 ancres (une avant, une arrière).
Il est aussi possible d'ancrer à l'extérieur de la digue, si la houle est
faible. Sinon mouillage rouleur garanti.
Enfin à Fatu Hiva, la célèbre baie des vierges n'usurpe pas sa réputation. On ne peut passer par les Marquises sans venir poser son ancre au milieu de ce paysage magnifique. Si vous en aurez le souffle coupé, ce ne sera pas le cas d'Eole !!!
Le relief si spécifique génère un couloir de vent qui dévale de la montagne et fonce vers le mouillage par rafales très soutenues. Une fois de plus, cela dépend des conditions générales de vent sur la zone. Grosso modo, dès que l'alizé dépasse les 15 nœuds, le mouillage d'Hanavave devient très rafaleux. Sachez le 😉

Les débarquement en annexe :
Tous les villages de ces 3 îles disposent d'un quai leur permettant d'amarrer pirogues et bateaux de pêche. C'est de plus un élément capital pour le chargement et déchargement des marchandises des bateaux ravitailleurs. Appelés encore par ci par là poétiquement goélette, en souvenir des 2 mâts qui effectuaient à l'époque cette mission, ceux sont aujourd'hui des mastodontes métalliques sans glamour attitude à l'exception de l'Aranui, mi fret mi croisière, un cargo en robe de soirée.
On peut sans soucis utiliser ces quais pour débarquer. Il est préférable de prévoir une ancre arrière et un bout assez long devant.
Aux Marquises, il n'est pas nécessaire de cadenasser son annexe. Les vols n'existent pas !!
Quant aux mouillages sans quai, principalement dans des baies de plages isolées, nous avons toujours pris l'option de laisser le dinghy à l'ancre et de rejoindre la plage à pied... Dans de l'eau à 30, c'est pas si terrible 😂

Les nonos:
Moucherons microscopiques avides de nos chairs, ils sont le cauchemar des visiteurs de certains coins des Marquises.
Nous avons vécu l'agression à Hiva Oa. Nous ne sommes pas tous égaux face à ces mini bestioles quasi invisibles. Certains ne seront jamais piqués et d'autres peuvent facilement frôler la centaine de piqûres en quelques minutes. On a testé pour vous. Ouchhhh...
Nuits blanches garanties du fait des démangeaisons.
Les locaux nous ont conseillé de frotter les piqûres avec du citron ou de l'huile de tamanu. On a tout testé y compris les huiles essentielles. Sincèrement ça calme... un peu...et puis ça recommence. Le seul remède : prendre son mal en patience 48h au moins.
Quant au préventif, on a acheté les répulsifs locaux. On a testé l'application de monoï puis de répulsif. Le monoï transformerait pour les nonos votre peau en piste Holiday on Ice. Impossible de piquer. Mouai... Bof...
Le meilleur des préventifs reste d'éviter les plages réputées. Vous voyez la superbe plage déserte où aucun villageois ne se baigne.... Et oui, parce que eux aussi se font piquer. 😂

Nous avons tant aimé ces îles du sud que contrairement aux routes '' classiques '', nous y sommes revenus depuis quelques jours.
En effet, logiquement pendant la période cyclonique, les voiliers visitent les îles du sud puis celles du nord avant de rejoindre les Tuamotus et Tahiti sur avril/mai.
Après 3 semaines dans les îles du nord, dont nous debriefrons '' Pratique '' bientôt, nous avons refait route inverse et sommes revenus dans ce triangle enchanteur. C'est à Tahuata que Ti'Amaraa ⛵ flotte paisiblement entre vallée déserte et dauphins. À bientôt...

15 mars 2019

Nuku Hiva en images


Que le temps passe vite.
Le mois de mars est déjà bien grignoté. La saison cyclonique touche bientôt à sa fin. Nous allons tranquillement revenir profiter de la belle saison aux îles de la Société et Sous le vent.

Trois mois que nous sillonons les îles Marquises et nous sommes loin d'avoir tout visité.  Hiva Oa, Fatu Hiva, Tahuata, Ua Pou, noms et escales mythiques où l'on oublie le sens du  grand sablier.

Lorsque le fil du temps se mêle aux lignes des arbres généalogiques, l'on se retrouve à tisser d'escales en rencontres des tissus d'échange et d'amitié.

C'est ainsi que nous nous retrouvons à Nuku Hiva avec un planning chargé. 
Livrer du matériel que nous avons acheminé depuis Tahuata 
Rencontrer la branche locale de la famille de nos amis (merci Lauretta pour cette journée partagée à la découverte de ta belle île ) 
Retrouver des copains navigateurs qui ont pris d'autres routes. 
Parcourir routes et pistes de l'île '' capitale'' des Marquises
Trouver un créneau météo pour refaire route sur Tahuata (et oui Ti'Amaraa livre aussi dans ce sens là 😉)

Une petite semaine nous aura toutefois permis de zigzaguer de long et large et découvrir la diversité des paysages offerts. 
Alors, une fois n'est pas coutume. Point de mots, des photos.

Entrez dans l'album '' Nuku Hiva''. 




Hatiheu et les sites archéologiques de  Kamuihei et Hikokua



Représentation des 6 îles des Marquises 

Les célèbres petropglyphes

Un des plus vieux arbre sacré  un banian estimé à 500 ans
De la famille des Ficus, ça donne espoir pour Léon  notre focus de 26 ans


Le trou '' pridon'' pour les prochaines victimes lors des sacrifices humains 




Taiohae, la ville, sa cathédrale et Tiki Tuhiva (la plus grande statue moderne du Pacifique 12 mètres).
Glisser un message via le pito, nombril, de la femme Tiki, emblème de la gardienne du savoir porterait bonheur.




Cathédrale de Taiohae. L'occasion de retrouver notre ami Pascal  évêque des Marquises

Le fabuleux travail d'Edgar
Répétition de danses marquisiennes et Haka

Répé ouverte au public... initié 👍😉



Entre la bénédiction par l'évêque et le message du Nombril, on repart hyper protégés 😉

Chacun gare sa monture '' à la ville '' 👍



Les pistes de la côte nord, Aakapa, Pua









Le plateau de Toovii, la Suisse aux Marquises. Conifères, résineux, bovins... Quelques degrés en plus





Lors de la prochaine saison cyclonique nous reviendrons aux Marquises et consacrerons plus de temps à cette île. Les chemins de randonnée nous font de l'œil. Les mouillages isolés aussi