30 septembre 2018

Rencontre d'un autre type


Il y a de nombreux matins où le premier mouvement de paupières, la première mise au point rétinienne sont pour ce carré de bleu profond au dessus de nos oreillers froissés. Loin d'en être blasés, nous continuons à nous émerveiller chaque jour. La contemplation serait, selon Aristote, ''le parfait bonheur de l'homme".



Et puis, il y a ce matin.
Les rayons du soleil à peine levé viennent se charger de jouer les réveils.
Toujours ce même ciel bleu sans limite.
Les effluves de café flottent dans le carré.
La journée peut commencer.
Sauf que nous ne sommes pas seuls dans le lagon de Tahiti. 
Monsieur et Madame Baleine ont décidé de venir promener le dernier né dans les eaux calmes de notre côté du reef.
Nous les observons du bord profitant au max de ce cadeau de la Nature que nous savons aussi magique qu'éphémère.
À notre grande surprise, alors que la petite famille donnait l'impression de s'éloigner, demi tour... Retour vers nous.
Le ballet se produira ainsi plusieurs fois, sous nos yeux, insensible aux passages des poti marara (bateaux des pêcheurs) et autres vedettes. 
Deux locaux sautent dans leur embarcation et vont vers elles. Imperturbables, les 3 mammifères continuent leurs aller-retour. Nous ne résistons pas à l'envie de les voir de plus près. Ni une, ni deux. Casquettes, lunettes, reflex numérique. Le petit déjeuner attendra. On embarque.
À la rame en silence, on s'approche tout en respectant les consignes apprises ici pour ne pas les perturber. À une centaine de mètres, le spectacle est à couper le souffle. Ces forces tranquilles percent l'eau paisible, disparaissent, soufflent, se reposent en surface. L'essence même de la Liberté.
Tout est magie. Leur grâce, leur son, le bruit des souffles. Le temps s'est arrêté. Nos yeux, nos cœurs et notre zoom sont en ébullition. Nos pulsations sont à 8000. Nous sommes en communion avec ces majestés des mers. Nous contemplons et nous laissons envahir par le sentiment d'émerveillement que la beauté fait naître.  

Les jeunes parents donnent l'impression d'entraîner le baleineau dans les eaux calmes et peu profondes du lagon. 
Allez Bouli.
Tu nages 200 mètres, tu sondes, tu vas au fond et tu remontes. Compris Bouli ? 
Go

Bouli s'exécute encore et encore sous nos yeux d'enfants stupéfaits. 
Oui mais voilà, le p'tit est un farceur. Ce jeune fou trompe la surveillance de ces professeurs. Il file sous l'eau et remonte comme une balle à la surface plusieurs centaine de mètres plus loin de ces parents ... mais à quelques centimètres de notre annexe. Cardiaque s'abstenir. 
Il fait exactement ce qu'il veut de ses mouvements. Il est juste venu voir, jouer... Qui sait ? 
Dites, ça rigole les baleines? Parceque Bouli doit encore se marrer de sa blague et de nos têtes. 
L'histoire ne dit pas s'il s'est fait gronder au retour 😉. 

Il y a eu des matins. Il y en aura d'autres. Mais celui là gardera une place de choix au Panthéon de nos souvenirs  
Qui remercier ? Dame Nature ? Nos karmas? Nos bonnes étoiles ? 
Plus que des mots, une petite vidéo
Ou sur https://vimeo.com/292545297
Pierre, dans ton paradis bleu...c'est pour toi 💙

4 commentaires:

Valerie Kirsch a dit…

Quel bonheur cette vidéo 😍mais j ai sursauté moi aussi!!!😂😂 que du bonheur..merci la vie

Bernard et Sandra sur Ti Amaraa a dit…

Merci.un moment Inoubliable 💙🐋sacré farceur ce Bouli 🐳
Bises à vous deux

stephane eychenne a dit…

Énorme !!! Dans les 2 sens du terme...

Bernard et Sandra sur Ti Amaraa a dit…

Ça résume plutôt bien effectivement. Un beau cadeau de Dame Nature.