9 octobre 2018

Tahiti au pied du sapin ce Noël ?

Dernières créations du bord...



Et si on lançait une ligne de bijoux en perles de Tahiti by Ti'Amaraa et qu'on jouait les 🎅 pour vos dulcinées ou pour vous les filles ?

En plus c'est pour la bonne cause : vous sponsorisez le voyage de Ti'Amaraa tout en (vous) faisant plaisir. 😉🤣

Tahiti by Ti'Amaraa sous vos sapins 👍🏽

Infos en nous écrivant à :
 levoyagedetiamaraa@gmail.com 

30 septembre 2018

Rencontre d'un autre type


Il y a de nombreux matins où le premier mouvement de paupières, la première mise au point rétinienne sont pour ce carré de bleu profond au dessus de nos oreillers froissés. Loin d'en être blasés, nous continuons à nous émerveiller chaque jour. La contemplation serait, selon Aristote, ''le parfait bonheur de l'homme".



Et puis, il y a ce matin.
Les rayons du soleil à peine levé viennent se charger de jouer les réveils.
Toujours ce même ciel bleu sans limite.
Les effluves de café flottent dans le carré.
La journée peut commencer.
Sauf que nous ne sommes pas seuls dans le lagon de Tahiti. 
Monsieur et Madame Baleine ont décidé de venir promener le dernier né dans les eaux calmes de notre côté du reef.
Nous les observons du bord profitant au max de ce cadeau de la Nature que nous savons aussi magique qu'éphémère.
À notre grande surprise, alors que la petite famille donnait l'impression de s'éloigner, demi tour... Retour vers nous.
Le ballet se produira ainsi plusieurs fois, sous nos yeux, insensible aux passages des poti marara (bateaux des pêcheurs) et autres vedettes. 
Deux locaux sautent dans leur embarcation et vont vers elles. Imperturbables, les 3 mammifères continuent leurs aller-retour. Nous ne résistons pas à l'envie de les voir de plus près. Ni une, ni deux. Casquettes, lunettes, reflex numérique. Le petit déjeuner attendra. On embarque.
À la rame en silence, on s'approche tout en respectant les consignes apprises ici pour ne pas les perturber. À une centaine de mètres, le spectacle est à couper le souffle. Ces forces tranquilles percent l'eau paisible, disparaissent, soufflent, se reposent en surface. L'essence même de la Liberté.
Tout est magie. Leur grâce, leur son, le bruit des souffles. Le temps s'est arrêté. Nos yeux, nos cœurs et notre zoom sont en ébullition. Nos pulsations sont à 8000. Nous sommes en communion avec ces majestés des mers. Nous contemplons et nous laissons envahir par le sentiment d'émerveillement que la beauté fait naître.  

Les jeunes parents donnent l'impression d'entraîner le baleineau dans les eaux calmes et peu profondes du lagon. 
Allez Bouli.
Tu nages 200 mètres, tu sondes, tu vas au fond et tu remontes. Compris Bouli ? 
Go

Bouli s'exécute encore et encore sous nos yeux d'enfants stupéfaits. 
Oui mais voilà, le p'tit est un farceur. Ce jeune fou trompe la surveillance de ces professeurs. Il file sous l'eau et remonte comme une balle à la surface plusieurs centaine de mètres plus loin de ces parents ... mais à quelques centimètres de notre annexe. Cardiaque s'abstenir. 
Il fait exactement ce qu'il veut de ses mouvements. Il est juste venu voir, jouer... Qui sait ? 
Dites, ça rigole les baleines? Parceque Bouli doit encore se marrer de sa blague et de nos têtes. 
L'histoire ne dit pas s'il s'est fait gronder au retour 😉. 

Il y a eu des matins. Il y en aura d'autres. Mais celui là gardera une place de choix au Panthéon de nos souvenirs  
Qui remercier ? Dame Nature ? Nos karmas? Nos bonnes étoiles ? 
Plus que des mots, une petite vidéo
Ou sur https://vimeo.com/292545297
Pierre, dans ton paradis bleu...c'est pour toi 💙

15 septembre 2018

Tattoo or not tattoo

Aaaaah la Polynésie, la culture ma'ohi et ses tatouages.
Déjà en 2006, dès notre premier contact, il est apparu comme une évidence au futur Cap'tain de garder une marque de cette culture si attachante.
Mais un tatouage, surtout ici, c'est avant tout une histoire, un langage. À l'époque, nous avions expliqué au tatoueur à Moorea un projet un peu fou de revenir un jour par la mer avec notre bateau. Quelle drôle d'idée... ⛵
Quelques jours plus tard, il  proposait deux dessins dont celui qui est par la suite devenu plus qu'un tattoo, notre avatar, nos armoiries.
Douze ans plus tard, il n'a pas bougé et est aux premières loges de toutes nos navigations jusqu'ici. Le Tiki jouant son rôle de protecteur face au vent et aux vagues dans un voyage rond autour du globe.



Oui mais voilà... La Cap' bien que déjà tatouée par le passé rêve à son tour de traduire en volutes et courbes sa vision de cette belle aventure en amoureux.
Un petit tour au 1er festival international de Tattoo Tatau i Moorea aura fini de nous convaincre sur le dessin et surtout le choix de l'artiste.


Pas d'hésitation sur la technique, non plus. Les présentations des cultures originelles à l'os sont impressionnantes... Too much pour la Cap' 😂



80 artistes du monde entier (Japon, Philippines, Australie, Polynésie....) dans le cadre féerique de la Baie de Cook.




Un village construit et décoré pour l'occasion tout de bois et de matériaux naturels locaux





Des œuvres incroyables




De tous horizons




Un festival passionnant où les enfants des écoles ont pu apprendre et voir un bout de l'histoire et de l'entité culturelle du pays. En particulier avec l'un des artistes qui réalisa les tattoos pour le dessin animé de Disney Vaiana/Moana.

C'est vendu!!!
L'encre va couler.

Photo non contractuelle 😉

Soyez rassurés (enfin surtout Maman 😂) ce sera beaucoup plus soft que ce charmant tané.




3 septembre 2018

Moorea autrement

Cela fait plusieurs jours que nous cherchions comment vous raconter notre île de ❤️, Moorea.
Nous ne sommes pas du genre à vous servir la géographie ou la tendance sociopolitique du coin en chiffres et statistiques. 
Parler des balades à terre ?
Les images valent mieux que tous les mots


Que dire de plus que : venez voir!! 
Vos pieds sont une bonne alternative aux quads et autres safari tours qui ne vous laisseront  pas le temps de profiter du Moorea Nature. 





Nous avons choisi de raconter une journée de début septembre qui pour nous résume tellement la profondeur de l'âme polynésienne.
Le magicien, organiserateur des rencontres de la vie, a mis sur notre route le président du club de rugby de Moorea.
Trois équipages de voyageurs en escale, une team de joyeux lurons passionnés d'ovalie... Un rdv improvisé. 

C'est ainsi que nous sommes vus embarqués dans le sillage de l'équipe de Moorea pour une journée tourbillon. Et pas n'importe laquelle une journée de coupe de Polynésie française. Une première sur l'île !! Le match Moorea/Taravao. 

Moorea

Taravao


Oubliez les standards des clubs métropolitains. Ici on joue sans trop de moyens. Pas de gradins. Le ballon a été récupéré d'un club de Tahiti. L'arbitre de touche se manifeste en agitant un t-shirt sur un bout de bois un guise de drapeau. Les vestiaires n'existent pas. Quant au terrain, c'est celui de foot revisité ingénieusement... toujours avec les moyens du bord. 





Ce match n'en est pas moins officiel. La fédération de rugby de Polynésie est représentée. Une coupe se joue et ça joue. 
Cela faisait des années que Moorea n'avait pas participé. La nouvelle équipe dirigeante a mis les bouchées double. Reconstruire un groupe. Créer l'envie. Susciter des bonnes volontés. 
Il n'en a pas fallu plus pour nous engager à leurs côtés le temps de cette belle journée. Tantôt secrétaire, supporters ou assistants/préparateurs du terrain, nous avons tous les 5 étaient heureux de partager l'enthousiasme de ces joueurs et bénévoles. 



L'unité multi âge et multiculturelle fait plaisir à voir. 
Sur le terrain, on croise entre autres, un gendarme expat depuis plusieurs années sur l'île, un ancien joueur de Toulon, un junior qui joue et court comme les grands, un jeune avant aussi talentueux en rugby qu'en danse polynésienne, un pâtissier qui lutte entre ses horaires de boulot décalés et sa passion pour le ballon ovale... Et on en passe. 
Lorsque le coup d'envoi est lancé sur cette parcelle verte surplombée des monts majestueux de la baie, c'est un 360° de force nature et d'énergie qui referme l'écrin sur ces deux équipes concentrées. 


Sur le terrain, 30 gars, 30 histoires, animés par ces mêmes valeurs du sport et de l'effort. Quand un impact en laisse un à terre, peu importe la couleur du maillot et sans attendre l'arbitrage vidéo, tout le monde à mal. 
Bien sûr chaque équipe veut gagner et les esprits s'échauffent proportionnellement au décompte des minutes de jeu restantes. 





Chaleureusement soutenus par les jeunes du club et les familles installées sur les plaids à l'ombre des arbres de fer (dont le nom polynésien Aito signifie guerrier ), les Aito en crampons mouillent les maillots, défendent, s'engagent, saignent, râlent, exhultent. Du beau ruuuby, comme on dit dans le Sud ouest.

La plus jeune supportrice 9 mois !!! Allez Papa

Nous ne bouderons pas notre plaisir lorsque le coup de sifflet final donnera la victoire 31/19 à notre équipe chouchou. 
Bravo les gars !!! Beau match !!! 
Moorea popopooooooo ✌️ 🎉



Nous étions déjà comblés et privilégiés d'avoir pu vivre au plus près ce joli moment de sport. Nous avons été scotchés lorsqu'il nous est "ordonné" de les suivre pour la 3ème mi-temps. Il faut dire que le gaillard nous dépasse à tous de plusieurs têtes. Personne n'a envie de contrarier le Président au grand cœur. 🤣... Même lorsqu'il nous charge dans sa fourgonnette de boulot avec les marmites pour le pique nique plage. 






Dans la fraternité du sport, les ''ennemis'' du terrain trinquent ensemble face au lagon avec vue sur Tahiti. La vie est simple bercés par le bruit des rouleaux sur la barrière de corail. 
Ça donnerait presque envie de chausser les crampons et de signer une licence. 




C'est ça la Polynésie comme on l'aime. 
La convivialité sans débordement 
L'accueil sans clivage 
L' art de vivre ses valeurs dans la sérénité 
Le partage pour une heure, une journée peu importe...
Celui qui scelle les fondements de l'amitié pure et vraie, celle où l'on ne se doit rien. Juste le plaisir de passer de beaux moments ensemble avant que chacun ne reprenne sa route vers d'autres horizons.

Depuis que nous voguons sur les océans, nos racines n'avaient trouvé de terrain fertile. Ils semblent que nos souches sud-ouest aient aimé le substrat de la terre mooréenne ce samedi de septembre. 

Manuia 🍻